MONTMARTRE

Il y a 3 mois, j’ai quitté la France pour m’installer aux Etats unis. Pendant plus de 3 mois, je n’ai pas eu accès à ma machine à coudre. Pendant 3 mois, je n’ai eu qu’une envie : coudre. Tous les jours je regardais les modèles qui sortaient, les réalisations sur Instagram et les nouvelles collections de tissus. Puis le container est arrivé, mon mari a acheté un transformateur spécialement pour ma machine pour que je puisse m’y mettre le jour même, et la… je ne savais plus quoi faire. Plus d’idées, plus tellement envie de m’y mettre. Plus tellement d’inspiration non plus.

Il a fallu qu’une collègue me demande de lui donner un cours de couture pour que je retrouve l’envie de m’y mettre. En une journée, j’ai fini une blouse Aime comme miroir et décalqué mon patron de manteau Aime comme Montmartre.

img_2381

Tout ça pour dire que je vous présente aujourd’hui mon manteau Aime comme Montmartre de Aime comme Marie. J’ai beau dire que j’ai des réserves sur cette marque (et j’en ai, je vous ai déjà donné mon avis sur les instructions de montage plusieurs fois), je dois tout de même avouer que mon patron préféré est la Aime comme Miroir.

Pour ce premier essai, j’ai choisi un crêpe de laine rose pâle acheté en solde chez les Coupons de Saint Pierre. Ce qui finalement transforme ce manteau en veste. J’ai longuement hésité à choisir un lainage pour le porter en tant que manteau mais 1) l’hiver de Chicago est bien trop rigoureux 2) l’encolure du manteau est très profonde 3) le manteau ne ferme pas. Tout ceci aurait donc donné un manteau que je n’aurais jamais porté. Donc changement de plan et utilisation du crêpe pour en faire une veste chaude de mi saison.

img_2382

J’ai choisi de réaliser la doublure dans un coton blanc avec de fines rayures grises. Je trouve la combinaison des deux tissus très élégante.

Une fois n’est pas coutume, j’ai trouvé les explications et schémas très clairs. Quelques explications supplémentaires n’auraient bien sûr pas été de trop, mais honnêtement, on peut très bien s’en sortir avec le livret fourni sans rencontrer de difficultés.

img_2379

Contrairement à ce qui été indiqué, j’ai commencé par l’assemblage de la doublure. Puis je me suis lancée dans la création des poches, une première pour moi. Je me suis vraiment appliquée pour avoir un résultat net. Ca m’a pas mal stressée, mais il n’y a vraiment rien de complexe. Il faut juste être extrêmement précis pour avoir un résultat net.

img_2189.jpg

Une fois les poches réalisées, le plus dur est derrière nous. Reste encore à assembler la « veste extérieure » avec la doublure et bien faire coïncider les différentes coutures. Aucun problème pour cette étape non plus, tous les crans coïncident au millimètre près.

img_2383Une fois la veste finie et bien repassée, place aux essayages. Et là, je suis mitigée. J’aime beaucoup le devant de la veste avec les poches et le col. J’aime aussi la longueur. Ayant transformé ce manteau en veste, j’aime le look un peu oversize. En revanche, je suis un peu dubitative au niveau des épaules. Etant donné que les manches et le devant ne font qu’un (un peu dans l’esprit manches chauve-souris/ manches kimono), je trouve que le haut de la veste manque légèrement de structure. Mais ce sur quoi je doute le plus, c’est l’excèdent de tissu un peu en dessous de l’épaule. On retrouve le même problème au niveau du dos avec le même pli / excèdent de tissu.  Je ne sais pas si la veste est un peu grande pour moi, j’ai taille la plus petite taille. Je pense que cela vient juste du modèle.

img_2192

En définitive, je pense tout de même la porter en veste de mi saison mais pas en intérieur. Elle reste assez agréable a porter. La coupe n’est peut etre pas la plus adaptee pour moi qui aime les vestes plus structurées mais j’aime tout de meme le rendu de cette veste de mi saison / manteau léger.

img_2378

Ce que j’ai aimé :

  • Les explications claires qui permettent un assemblage facile
  • Les jolies poches sur le devant de la veste : prenez le temps de bien vous appliquer, cest ce qui fait tout le charme de cette veste
  • Le maxi col

Ce que j’ai moins aimé :

  • Voir ci-dessus, la sensation d’avoir un petit peu trop de tissu sous les épaules

Materiel utilisé :

  • 2m de crepe de laine rose des Coupons de Saint Pierre pour la veste et 2m de coton blanc raye que l’on m’a offert
  • 40×60 cm de thermocollant fin (pour les parementures devant)
  • Le patron Aime comme Montmartre de aime comme Marie acheté d’occasion sur Instagram mais disponible neuf sur leur site pour 14 euros (+7euros de frais de port)

 

 

Un commentaire sur “MONTMARTRE

Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :